Se connecter / S'inscrire

L’homéopathie, la science du traitement par similitude

Que ce soit en famille, dans les milieux interprofessionnels ou dans la plupart des villes européennes, l’homéopathie n’est plus un secret pour une grande partie de la société. Les Français et citoyens d’autres contrées consultent souvent les spécialistes pour s’offrir des soins en homéopathie. Il s’agit ici de présenter la discipline, ses bienfaits et son histoire, ainsi que son statut en France.

 

Qu’est-ce que l’homéopathie et que vise-t-elle ?

Composée à partir des mots grecs « homoios » et « pathos » qui veulent signifier semblable et maladie, l’homéopathie est une médecine douce ou une technique thérapeutique qui traite les maladies par leurs semblables. Partant du fait que les maladies et leurs symptômes sont dus au déséquilibre de l’organisme, elle a pour but le rééquilibre de l’organisme en profondeur.

Elle s’appuie sur trois principes essentiels que sont :

-le principe de similitude

-la loi de l’individualisation

-le principe de la dilution infinitésimale.   

 

Genèse de l’homéopathie

Les bases de l’homéopathie ont été jetées par le médecin saxon Samuel Hahnemann en 1796, après qu’il ait remarqué que le quinquina employé dans la lutte contre le paludisme pouvait, à forte dose, créer des fièvres semblables à celles de la maladie. Il parle de « l’art de soigner par le même » et énoncera plus tard le principe de dilution pour la confection des traitements homéopathiques.

Ce n’est qu’en 1830 que l’homéopathie entame son expansion en France et aux États-Unis. Elle se développera davantage en France grâce aux docteurs Dufresne, Petroz, Curie, tous élèves de la Société Homéopathique Lyonnaise créée la même année par le Docteur Comte Sébastien Des Guidi. L’industrialisation et la diffusion de la pratique auprès des patients sera chose effective avec l’apparition des laboratoires et la forte propension pour les médecines alternatives.

 

L’homéopathie pour quel intérêt ?

Si l’homéopathie est très appréciée des Français, c’est à juste titre.  Elle présente de nombreux avantages. Ente autre, l’homéopathie permet de traiter le rhume, de perdre du poids et elle améliore la qualité du sommeil. Elle permet de réduire les symptômes du VIH, de la ménopause, de l’eczéma, de l’asthme chronique, de la dépression et de l’anxiété. Avec l’homéopathie, les patients peuvent constater une amélioration des effets secondaires du cancer, du rétablissement postopératoire de l’intestin et elle permet  de prévenir les céphalées et les migraines.

 

Quel est le statut de cette discipline en France ?

L’Ordre des médecins a approuvé depuis 1997, la pratique médicale de l’homéopathie. En effet, toute personne prétendant à l’exercice de l’homéopathie en France doit être médecin. Des professionnels de la santé non-conventionnelle ou des non-médecins peuvent prescrire des soins ou traitements homéopathiques, dans le respect des spécificités et particularités propres des patients.  Mais suite à la contestation de centaines de médecins demandant la séparation de l’homéopathie et de la médecine conventionnelle, le syndicat des médecins homéopathes a commencé une lutte pour le maintien de la reconnaissance médicale de la pratique.

Pendant que l’Université d’Angers supprime en 2019 son diplôme d’homéopathie, l’Université de Lille le suspend. Si les soins homéopathiques étaient jusque-là parfois remboursés à 30% par l’assurance maladie, les Français devront faire face, à compter de 2021, au déremboursement total de ces soins.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *